Esprit de la Collection

Chers Amis,

J’aimerais que vous consacriez une minute à lire le sens et l’esprit d’Orchestrale.

Lorsque je réfléchissais au design, aux caractéristiques et au logo de la marque de nos machines à café expresso, j’étais sûr qu’elles devaient être dédiées à la musique.

J’aime la musique et quand j’étais enfant, je jouais du piano et de la guitare, j’ai donc dédié la marque et notre collection de machines à café expresso à la musique parce que LA MUSIQUE EST UN LIEU DE CONNEXION COMME LE CAFÉ devient partout dans le Monde.

C’est l’une des raisons pour lesquelles je suis tombée amoureux du Monde du Café!

Même si la marque et le design viennent de moi… avant d’être un entrepreneur créatif, je me considère comme une personne passionnée par toutes sortes d’expressions humaines: sons, dessins, voix, mots, compétences, recherche scientifique et technique!

Le poème “esprit de la collection” que j’ai écrit a été inspiré par le lien historique et indissociable entre les grandes cultures du café et de la musique à la fois dans la tradition italienne et dans le monde entier; de plus mon poème veut rendre hommage à la musique, avec un hommage particulier à l’utilisateur de machines à café expresso. Nous aimons voir le Barista comme un chef d’orchestre (Maestro) avec ses notes de grains de café sur la portée de 5 lignes de son fond qui sont la symphonie (melangé) qu’il a choisi!

De plus, “Strumenti per l’Espresso” signifie “Instruments pour l’Expresso” car nous aimerions que vous jouiez de nos machines à café comme si vous jouiez d’un instrument de musique!

J’espère que vous aimerez tous le logo Orchestrale car le sentiment que j’y mets est le même que celui que nous ressentons lors de la création de nos machines.

Marco Breda

“Tout en conduisant, je songe déjà au prochain arrêt, à la prochaine aire de repos où je dégusterai un délicieux café, préparé traditionnellement et avec le plus grand soin à l’aide d’une machine italienne.

Je m’arrête finalement devant un bar, et encore tout engourdi par le voyage, pénètre dans cet espace où les voix entremêlées me semble être un véritable vacarme.

Je m’approche du comptoir où un groupe de personnes attendent en file indienne, dans un silence presque religieux.

Je porte alors mon regard sur l’homme qui s’agite derrière le bar et comme par enchantement le vacarme de la salle se transforme à mes yeux en une symphonie faite de gestes, de sons, de répétitions et de soupirs…

Je me sent comme hypnotisé par les gestes et reste ébloui devant l’habilité de cet homme qui, sans se soucier de ce qui se passe derrière lui, orchestre magistralement son art, pourtant si répétitif, comme s’il s’agissait de la composition musicale la plus merveilleuse.

Sa machine à café, italienne, a des courbes douces et classiques ses parties métalliques brillent comme le corps des instruments à vent. Elle même semble avoir une âme. Comme un violon antique, elle transmet par ses notes des sons venus des temps reculés.

Je n’oublierai jamais ses sons qui ne me sembleront plus être du bruit…

 

un homme passionné… le meilleur chef d’orchestre,

une sélection de café… la meilleure composition,

une machine Italienne… le meilleur orchestre!”

“Tout en conduisant, je songe déjà au prochain arrêt, à la prochaine aire de repos où je dégusterai un délicieux café, préparé traditionnellement et avec le plus grand soin à l’aide d’une machine italienne.

Je m’arrête finalement devant un bar, et encore tout engourdi par le voyage, pénètre dans cet espace où les voix entremêlées me semble être un véritable vacarme.

Je m’approche du comptoir où un groupe de personnes attendent en file indienne, dans un silence presque religieux.

Je porte alors mon regard sur l’homme qui s’agite derrière le bar et comme par enchantement le vacarme de la salle se transforme à mes yeux en une symphonie faite de gestes, de sons, de répétitions et de soupirs…

Je me sent comme hypnotisé par les gestes et reste ébloui devant l’habilité de cet homme qui, sans se soucier de ce qui se passe derrière lui, orchestre magistralement son art, pourtant si répétitif, comme s’il s’agissait de la composition musicale la plus merveilleuse.

Sa machine à café, italienne, a des courbes douces et classiques ses parties métalliques brillent comme le corps des instruments à vent. Elle même semble avoir une âme. Comme un violon antique, elle transmet par ses notes des sons venus des temps reculés.

Je n’oublierai jamais ses sons qui ne me sembleront plus être du bruit…

un homme passionné…

le meilleur chef d’orchestre,

une sélection de café…

la meilleure composition,

une machine Italienne…

le meilleur orchestre!”

M. B.